Blog de gatebourse Les Herbiers (France) - Voyages à vélo

Blog de gatebourse Les Herbiers (France) - Voyages à vélo

Découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles régions, d’autres pays, des cultures différentes… Le voyage, à vélo à une allure modérée, permet d’avancer avec la possibilité de s’arrêter pour découvrir de nouveaux paysages et échanger avec les autres au hasard des rencontres. Nos principaux voyages : 2016 La traversée des Alpes (Thonon - Menton), MAC2016 en Amérique Centrale, 2015, 3 mois au Cambodge, Laos et Vietnam ; 2014, la Corse à vélo ; 2012, 5 mois pour 14 500 km de Pékin à Londres avec la FFCT; 2011, le raid Pyrénéen (28 cols/10 jours) ; des vacances à vélo à traverser la France sur une dizaine de jours les années précédentes...

Valle Hornito, Panama à vélo 19 Janvier 2017. Un peu maso mais pas trop

On quitte Boquete et la "Feria de las Florès y del Café" qui s’est poursuivie jusqu’en deuxième moitié de nuit. On se dirige vers la Valle Hornito où on se posera ce soir.

Après 25 km de descente, en face du restaurant où on prend notre petit déjeuner, un menuisier regarde notre parcours et nous prévient qu’après chez lui ça monte
Après 25 km de descente, en face du restaurant où on prend notre petit déjeuner, un menuisier regarde notre parcours et nous prévient qu’après chez lui ça monte
Après 25 km de descente, en face du restaurant où on prend notre petit déjeuner, un menuisier regarde notre parcours et nous prévient qu’après chez lui ça monte

Après 25 km de descente, en face du restaurant où on prend notre petit déjeuner, un menuisier regarde notre parcours et nous prévient qu’après chez lui ça monte

Ici aussi les voisins sont vigilants

Ici aussi les voisins sont vigilants

Dans la série des panneaux : attention il y a des virages et ça monte dur

Dans la série des panneaux : attention il y a des virages et ça monte dur

Troupeau de bétail panaméen. On a aussi vu des vaches plus « standard » avec une robe noire
Troupeau de bétail panaméen. On a aussi vu des vaches plus « standard » avec une robe noire

Troupeau de bétail panaméen. On a aussi vu des vaches plus « standard » avec une robe noire

Une famille indigène Ngobé ramasse des graines tombées par  terre

Une famille indigène Ngobé ramasse des graines tombées par terre

Tendresse d’une maman

Tendresse d’une maman

Les montées sont « énormes », ici c’est sur le vélo mais à plusieurs reprises ce fut à côté et en poussant

Les montées sont « énormes », ici c’est sur le vélo mais à plusieurs reprises ce fut à côté et en poussant

Il vient de faire ses courses, les produits sont dans le sac blanc

Il vient de faire ses courses, les produits sont dans le sac blanc

L’agriculteur panaméen a souvent la machette à la main, il faut dire qu’il y a de quoi faire avec la végétation qui ne laisse pas de répit

L’agriculteur panaméen a souvent la machette à la main, il faut dire qu’il y a de quoi faire avec la végétation qui ne laisse pas de répit

La montée à Boquete avait été pénible avec le vent, on est reparti ce matin pour une descente de plus de 25 km. Après un plat casse-pattes on entame une montée de 23 km, et quelle montée ! Comme le montre le profil, les pourcentages classés 15 et +15% se succèdent. On a donc souvent mis pied à terre et poussé le vélo, puis pour finir trouver une solution plus radicale

La montée à Boquete avait été pénible avec le vent, on est reparti ce matin pour une descente de plus de 25 km. Après un plat casse-pattes on entame une montée de 23 km, et quelle montée ! Comme le montre le profil, les pourcentages classés 15 et +15% se succèdent. On a donc souvent mis pied à terre et poussé le vélo, puis pour finir trouver une solution plus radicale

On a fini par craquer ! On a fait signe au pickup qui gentiment a accepté de nous monter avec nos vélos pour les 3 derniers km de montée et nous déposer au début d’une descente
On a fini par craquer ! On a fait signe au pickup qui gentiment a accepté de nous monter avec nos vélos pour les 3 derniers km de montée et nous déposer au début d’une descente

On a fini par craquer ! On a fait signe au pickup qui gentiment a accepté de nous monter avec nos vélos pour les 3 derniers km de montée et nous déposer au début d’une descente

Sympas les copains

Sympas les copains

A plus de 1100 m d’altitude la vue est superbe

A plus de 1100 m d’altitude la vue est superbe

On finit par trouver le gite pour ce soir. On accède aux cabines de Jilguero par un chemin très pentu, il faut encore pousser les vélos sur une centaine de mètres pour y accéder.

Les cabines de Jilguero sont placées sur un site où les oiseaux sont nombreux, particulièrement les colibris. Une soixantaine d’espèces sont dénombrées au Panama. Malgré les abreuvoirs et mangeoires où ils viennent se restaurer, presqu’impossible de les fixer sur l’objectif. Le colibri, tel un papillon, ne tient pas en place, ne se pose pas quand il vient boire ou manger

Les cabines de Jilguero sont placées sur un site où les oiseaux sont nombreux, particulièrement les colibris. Une soixantaine d’espèces sont dénombrées au Panama. Malgré les abreuvoirs et mangeoires où ils viennent se restaurer, presqu’impossible de les fixer sur l’objectif. Le colibri, tel un papillon, ne tient pas en place, ne se pose pas quand il vient boire ou manger

Sauf que… la ténacité de Jeanine a frappé : voilà le colibri !

Sauf que… la ténacité de Jeanine a frappé : voilà le colibri !

Quelques minutes après notre installation, voyant mon maillot MAC2016 qui sèche sur la rambarde du chalet, une dame, accompagnée d’un homme, nous interpelle « Vous êtes du MAC2016 » ? C’est Sandrine et Michel qui sont en repérage pour le passage du MAC2017.

Sur le site de Michel, www.sagapanama.fr, vous découvrirez tout ce que vous devez savoir sur le Panama, fruit d’années de présence et de passion pour ce pays. Michel a aussi vécu avec les indigènes du Panama et a une grande connaissance de la faune et en particulier des oiseaux avec notamment le Quetzal d’hier que nous lui avons bien sûr montré.

 

Les chiffres de l’étape : 53 km et 1472 m de dénivelé. La température est toujours chaude mais plus supportable. Demain c’est la descente vers l’Atlantique.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

louise Hénault 26/01/2017 00:33

Bons souvenirs pour moi, Bpquette et les alentours. Bises

Michelle 22/01/2017 16:12

des belles rencontres dans un paysage plein de végétation. bonne route

bernadette du ppl 22/01/2017 11:36

salut les baroudeurs , en fin de compte quelque soit le sens c'est dur dans ce pays , mais le bonheur se sont vos rencontres ,merci à vous bonne route
bernadette

Major 22/01/2017 10:23

Super & Bravo , bonne continuation , sage décision de terminer les qlqs km's restants dans pickup ,il faut en garder sous la semelle "la route est encore longue " Bon courage à t's deux
Claude médic PPL 12