Blog de gatebourse Les Herbiers (France) - Voyages à vélo

Blog de gatebourse Les Herbiers (France) - Voyages à vélo

Découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles régions, d’autres pays, des cultures différentes… Le voyage, à vélo à une allure modérée, permet d’avancer avec la possibilité de s’arrêter pour découvrir de nouveaux paysages et échanger avec les autres au hasard des rencontres. Nos principaux voyages : 2016 La traversée des Alpes (Thonon - Menton), MAC2016 en Amérique Centrale, 2015, 3 mois au Cambodge, Laos et Vietnam ; 2014, la Corse à vélo ; 2012, 5 mois pour 14 500 km de Pékin à Londres avec la FFCT; 2011, le raid Pyrénéen (28 cols/10 jours) ; des vacances à vélo à traverser la France sur une dizaine de jours les années précédentes...

Taxisco, Guatemala à vélo 24 Février 2017. Visite guidée de l’exploitation agricole d’Efraïm Murales.

Partant de Los Esclavos on prend une petite montée qui permet de s’échauffer car la journée va être, encore, difficile.

La descente d’hier continue suivie de deux longues montées très exigeantes sur une route en très mauvais état. C’est ensuite la « plongée » sur Chiquimulilla avec les mains sur les cocottes de frein tant la pente est forte sur une route où il nous faut slalomer entre les nids de poules qu’ils appellent ici nids de dindons.

A Chiquimulilla on retrouve une route à grande circulation entre le Salvador et Guatemala. Quelques kilomètres plus loin on s’arrête à Taxisco où on avait repéré un hôtel sur Google Maps.

La pancarte de l’hôtel affiche piscine et restaurant mais cela a dû être dans un autre temps. Le confort de l’hôtel, sans internet, est au minima. En face les bus s’arrêtent pour déposer passagers et leurs chargements. Tout cela génère une agitation, qui paraît éméchée, dans une ambiance pas très rassurante. Ici aussi, après le diner, on décide de regagner notre chambre avant que la nuit tombe.

Les chevaux sont habitués au passage des véhicules

Les chevaux sont habitués au passage des véhicules

C’est le matin, il y a école

C’est le matin, il y a école

Arrêtés près d’un élevage de poulets on s’avance et Efraïm Murales nous invite à le suivre pour visiter sa ferme

Arrêtés près d’un élevage de poulets on s’avance et Efraïm Murales nous invite à le suivre pour visiter sa ferme

Les maïs pour la semence, il y a 4 rangs femelles pour un rang mâle. Le moment venu, il coupe les fleurs des femelles pour qu’il n’y ait pas d’auto-fécondation (si j’ai bien compris). L’irrigation permet d’assurer une bonne levée en saison sèche.

Les maïs pour la semence, il y a 4 rangs femelles pour un rang mâle. Le moment venu, il coupe les fleurs des femelles pour qu’il n’y ait pas d’auto-fécondation (si j’ai bien compris). L’irrigation permet d’assurer une bonne levée en saison sèche.

L’élevage de poulets : 1400 arrivés à maturité en 5 semaines.

L’élevage de poulets : 1400 arrivés à maturité en 5 semaines.

Quelques porcs. Ici les petits font la sieste sur le ventre de la maman.

Quelques porcs. Ici les petits font la sieste sur le ventre de la maman.

Efraïm Murales, pistolet à la ceinture pour la « deliquencia » nous explique-t-il. Il emploie 15 à 20 personnes et il dispose de 76 hectares.

Efraïm Murales, pistolet à la ceinture pour la « deliquencia » nous explique-t-il. Il emploie 15 à 20 personnes et il dispose de 76 hectares.

Un dindon de rencontre

Un dindon de rencontre

Trois paysages parmi d’autres
Trois paysages parmi d’autres
Trois paysages parmi d’autres

Trois paysages parmi d’autres

Dans la dernière montée, arrêt à la « tienda » (l’épicerie) pour la pause hydratation. Les enfants, comme ailleurs, voudraient bien les « douceurs » qui sont derrière la vitre du comptoir.

Dans la dernière montée, arrêt à la « tienda » (l’épicerie) pour la pause hydratation. Les enfants, comme ailleurs, voudraient bien les « douceurs » qui sont derrière la vitre du comptoir.

Travaux sur la route : le sac à  la main, il vient de vider la terre dans le trou sur la route et la tasse du pied. Sur la droite son collègue pioche la terre dans le talus pour remplir le sac. Ici la pente est raide.

Travaux sur la route : le sac à la main, il vient de vider la terre dans le trou sur la route et la tasse du pied. Sur la droite son collègue pioche la terre dans le talus pour remplir le sac. Ici la pente est raide.

Chiquimulilla fourmille d’activité. Motos, motos-taxis, bus et camions assurent l’essentiel des transports.
Chiquimulilla fourmille d’activité. Motos, motos-taxis, bus et camions assurent l’essentiel des transports.
Chiquimulilla fourmille d’activité. Motos, motos-taxis, bus et camions assurent l’essentiel des transports.

Chiquimulilla fourmille d’activité. Motos, motos-taxis, bus et camions assurent l’essentiel des transports.

Ambiance de rue à Taxisco. Seuls étrangers dans la ville, on est l’objet des regards, on limite nos prises de photos.
Ambiance de rue à Taxisco. Seuls étrangers dans la ville, on est l’objet des regards, on limite nos prises de photos.
Ambiance de rue à Taxisco. Seuls étrangers dans la ville, on est l’objet des regards, on limite nos prises de photos.

Ambiance de rue à Taxisco. Seuls étrangers dans la ville, on est l’objet des regards, on limite nos prises de photos.

Les chiffres du jour : avec 49 km et 1012 m de dénivelé on dépasse encore les mille.

Demain ce sera moins exigeant mais aussi plus délicat avec la circulation.

Ensuite ce sera une autre dure journée à plus de 1000 m de dénivelé pour arriver à Antigua où on se posera quelques jours.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

René 01/03/2017 08:43

Ça craint un peu non ? mais que de belles photos.
La chaîne des Pyrénées, ça va être de la rigolade pour vous.
Bonne route
A bientôt

gatebourse 02/03/2017 23:16

ça craint ? Non mais c'est différent de notre pays. Il faut s'adapter en conséquence.
pour les Pyrénées de la rigolade ? Non c'est dans 6 mois, les muscles vont fondre. La montagne ce n'est jamais de la rigolade. On se préparera le moment venu. En tout cas supers content d'y emmener des gars du CTH. ça va être super. J'espère qu'on va arriver à 12.

Michelle 27/02/2017 17:36

des superbes photos qui font rêver, très beau reportage, bises à vous deux

gatebourse 28/02/2017 13:43

Merci Michelle

YannickA 27/02/2017 13:53

pas reçu la "newsletter" aujourd'hui .Enfin vu le compte-rendu quand même, mais ça manque quand ça n'arrive pas.
Bonne continuation !

Max 27/02/2017 11:10

Hello Daniel,
Merci pour tes récits et photos qui nous font rêver un peu.
En revanche, j'ai noté plusieurs fois que tu parlais de l'insécurité qui vous obligeait, entre autre, à ne pas sortir le soir. Est-ce un réel problème ? Je ne l'avais pas noté pour le MAC ... mais ils sont souvent (toujours?) encadrés par la police.
Bises à Jeanine et bonne route.
Max

gatebourse 27/02/2017 13:56

Salut Max,
ça mériterait un long développement que je ne peux pas faire ici.
Le MAC était très encadré, voire toujours. Le MAC prenait de grands hôtels plus sécurisés et qui souvent se situent en entrée de ville. Nous faisons le choix des hôtels centre-ville ce qui crée quelquefois des surprises sur le confort.
De par notre chargement, les étapes sont quelquefois différentes.
La "tenue" des villes est très différente d'une ville à l'autre.
Enfin, ce qu'on nous a dit et redit sur la sécurité avant notre départ et tout au long de notre route nous incite à ne pas nous exposer inutilement.
Dès la tombée de la nuit tout se ferme, les rues se vident de manière surprenante.
Les principaux commerces, les distributeurs de billets sont tous protégés par un vigile armé.
Pour conclure : la nuit tous les chats sont gris.
Pour la bise à Jeanine je m'en occupe.